Vivez les fêtes de l’intérieur !

Voyage d'art et d'histoire

Ambiance garantie !

Nous sommes fiers de leurs traditions et nous avons à cœur de vous les faire vivre. Venez partager à nos côtés des moments conviviaux et festifs ! Corsos fleuris, fête des pêcheurs, spectacles son et lumière, fêtes nautiques, … au fil des saisons, toute la richesse de l’histoire d’Agde s’exprime dans ses fêtes traditionnelles.

Les tournois de joutes s’enchaînent tout au long de l’été

Les tournois de joutes sur le fleuve Hérault, au pied de la cathédrale Saint-Etienne, constituent l’une des manifestations locales les plus emblématiques d’Agde, incontestablement la plus ancienne tradition festive dont la popularité reste intacte dans le cœur des agathois. Agde est l’une des premières cités du Languedoc à avoir institué cette fête, entre sport et jeux, suspense et bonne humeur.

Le principe est simple : les jouteurs tout de blanc vêtus et armés de lances s’affrontent sur deux barques, l’une rouge, l’autre bleue. Celui qui parvient à faire chuter son adversaire dans l’eau remporte la manche. Après la phase éliminatoire, vient celle des « revanches ». Et la tension monte au fil des passes jusqu’à l’ovation du vainqueur.

La Fête des Pêcheurs d’hier et d’aujourd’hui

Autre évènement profondément ancré dans la culture agathoise et les traditions maritimes, la Fête des Pêcheurs. Entre ferveur religieuse et animations festives, cette tradition ancestrale rassemble marins, habitants et visiteurs.

Cette fête se déroule traditionnellement chaque année début juillet. C’est une vraie fête avec musique, jeux, produits de la mer pour tous. Et c’est aussi un moment de prière et de recueillement où les pêcheurs se placent sous la protection de Saint-Pierre. Le dimanche, après la messe de la Saint-Pierre, le cortège des bateaux qui participent à l’hommage aux marins disparus en mer est le moment le plus pittoresque et le plus émouvant de cette célébration.

Le Musée Agathois Jules Baudou, conservatoire de l’histoire

Si vous voulez en savoir plus sur les traditions d’Agde et son folklore, poussez les portes du Musée Agathois des arts et traditions populaires. Entre costumes, reconstitutions d’intérieurs typiques et objets du quotidien, mais aussi l’épopée marit

ime et les traditions religieuses, toute l’histoire de la ville y est retracée.

La pétanque : le sport de l'été par excellence

Qu’on se le dise : le jeu de boules aurait été créé en Gaule. Les boules ont d'abord été en argile, en pierre, puis en bois et enfin en acier, mais, après les « bouleurs » du Moyen Âge, l'âge d'or des boules en tous genres fut certainement la Renaissance, de même pour le bilboquet et le jeu de paume (qui deviendra le tennis).

De nos jours, après l'apéritif, sous l'ombre des platanes, elle est une tradition bien appréciée de tous et un sport depuis 2005.

Le tambourin, sport médiéval

Appelé autrefois jeu de ballon, ce sport collectif du Moyen Age oppose deux équipes de cinq joueurs. A la manière de la paume ou du tennis, les joueurs doivent veiller à renvoyer la balle dans le camp adverse. Les points se comptent comme à la paume (ou au tennis), c'est-à-dire 15, 30, 45 et jeu. Cazouls d’Hérault est l’un des rares villages languedociens où l’on pratique encore le tambourin. Le village possède deux terrains mesurant 80 m de long sur 18 m de large.

Les animaux totémiques, emblèmes de nos villages

Des totems en Languedoc ? Hé oui ! Apparues pour la plupart au Moyen Âge, les processions d’animaux gigantesques prennent part aux carnavals et aux fêtes votives, traditions très ancrées dans le Sud de la France, en Languedoc notamment, mais également en Espagne et en Belgique.

Les « animaux totémiques », bêtes géantes formées d'une carcasse de bois recouverte de toile, ont une origine légendaire ou une histoire liée à la vie de la cité. Des porteurs, placés à l’intérieur, les animent selon des rituels précis au son des fifres, des hautbois et des tambours.

La plupart des villages du Val d’Hérault possède un animal totémique formant un incroyable bestiaire : la Chèvre de Montagnac, l’Âne de Bessan, le Chien de Saint-Pons de Mauchiens, la Loche de Nizas, la Chenille de Pinet, les Poulains de Pézenas, Saint-Thibéry, Adissan ou Vias, etc.

Le Carnaval

A la première lune de février (la St Blasi), « les femmes végétales et les hommes sauvages » viennent annoncer la fin prochaine de l’hiver. Le géant Carnaval incarne la sève et le souffle du printemps, c’est-à-dire : la jeunesse dans son rôle espiègle, libérateur et profanateur. Charivaris et mascarades, apothéose des Totems, frasques et jugement du roi Carnaval, « bufatieiras e assoadas » ponctuent cet âge vert.

Le carnaval de Pézenas et son Poulain ont été inscrits en 2005 sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO au titre des : « géants et dragons processionnels de Belgique et de France ».

La Saint-Jean

Au solstice d’été, le règne triomphant du soleil convoque le meilleur (le summum de vitalité) et le pire (la sècheresse). Il faut marier le feu et l’eau. C’est l’âge de raison : sauter le feu pour l’apprivoiser, prendre le bain de minuit pour sanctifier les unions, cueillir « las erbas joanencas » pour disposer des médecines naturelles…

Le saviez-vous ?

La tradition des joutes se perpétue ici depuis l’Antiquité, puisque ce sont les grecs qui ont introduit la pratique des tournois nautiques.

Crédit photos : Jean-Claude Meauxsoone

Partagez sur
Facebook Twitter Pinterest
Panier

Mes coupons

Voir toutes les offres Coupon supprimé. Annuler