Raconte-moi le Bunker de la Tamarissière

Histoires d'ici

Rencontre avec Laurent Gheysens.

Je suis un Ch’ti du Sud de la France. A peine né dans le Nord... déjà élevé et ré-enraciné dans le Sud à l’âge de 6 mois... Je retourne souvent dans le Pas de Calais où les nombreux bunkers font partie du paysage quotidien. Les enfants des plages de la mer du Nord, les voient comme autant de terrains d’aventure mystérieux, tout comme le font ceux du Sud à la Tamarissière sur les plages de la Méditerranée. Comme eux, je m’y suis aventuré.
David Mallen et Fabrice Goudouly, deux passionnés d’histoire locale du 20ème siècle, créent l’association Agde-Histoire 39-45 en 2009. Ils ont un projet pour le Bunker 638. Je rejoins l’équipe en 2014. On s’est très vite aperçu que l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale dans le Sud avait été largement occultée par celle du Nord et son débarquement de Normandie, elle n’est pourtant pas dénuée d’intérêt, surtout à Agde. Alors on essaie d’y remédier…

Un peu d’histoire

La Seconde Guerre Mondiale a démarré depuis septembre 1939. C’est suite au débarquement des Alliés en Afrique du Nord, en novembre 1942, qu’Hitler ordonne l’envahissement de la zone dite « Libre »  française au Sud. Comme ils l’ont fait côté Atlantique, plus de 900 bunkers sont construits sur la côte Méditerranéenne créant le « Sudwall », (le Mur de Méditerranée), dont près d’une centaine pour la commune d’Agde et son Cap.

A Agde, La Tamarissière, zone d’un possible débarquement, est fortement fortifiée avec près d’une cinquantaine constructions avec deux batteries de défense afin de verrouiller le fleuve Hérault, accès maritime facile vers les terres. La première ligne, sur la plage, a été démolie au fil des ans pour des raisons de sécurité, mais 30 bunkers perdurent encore. Au centre de ce dispositif un imposant bunker-infirmerie de type 638, de 100m2, le seul ouvert à la visite en Méditerranée.

Renaissance du Bunker 638

La première action aura été de creuser un premier trou pour le passage d’un homme... Près de 60 ans d’enfermement a rendu l’air presque irrespirable. Les murs sont encore blancs, quelques graffiti sont présents, tout comme du sable et des déchets datant des années 60. Des carreaux sont descellés ici et là. L’humidité y est extrêmement forte et la rouille forcement présente sur toutes les pièces métalliques. C'est après deux ans de travaux de maconnerie, d'électricité, de traitement des métaux, de décoration et de peinture que le bunker rouvre ses portes. Chaque année des améliorations y sont apportées...

Le Bunker 638

638 est la référence allemande de ce type de bunker standardisé, il en existe des similaires jusqu’en Norvège. C’est un hôpital de campagne de 100 m2 comportant 9 pièces, dédiées au traitement et aux soins des soldats blessés en cas de conflit.

Vous y découvrirez à la fois un bâtiment de guerre allemand avec ses spécificités de défense et quelques surprises étonnantes, mais également une exposition évoquant de grands thèmes de la Seconde Guerre Mondiale, comme l’organisation allemande régionale, la vie des Agathois, la construction des bunkers, l’organisation de la défense Allemande à la Tamarissière, ou encore les différentes étapes de la réouverture et de la restauration. Pour 2018, l’association a profondément remodelé deux salles avec la re-création de la salle des patients « lourds » en salle d’hôpital telle qu’à l’origine et la salle de garde maintenant avec tous ses équipements d’époque de nouveaux mannequins plus réalistes agrémentent les salles, aidant ainsi le visiteur à entrer dans cette période de l’histoire.

Autres témoins de cette époque

Le bunker 638 n’est pas le seul reste agathois de la Seconde Guerre Mondiale.

Outre la trentaine de bunkers de la Tamarissière, les allemands ont laissé de nombreuses traces de leur occupation. Depuis Notre-Dame de l’Agenouillade, jusqu’aux Mares de Baluffe, se tenait là un camp allemand qui abritait les 500 travailleurs des bunkers d’Agde, Vias et Marseillan. De nos jours, c’est un site classé Natura 2000 où des panneaux vous expliquent la faune naturelle de ce lieu, sa géologie, et l’histoire de ces autres bunkers. La Villa Laurens, site Classé Monument historique à Agde, porte également les stigmates de cette période. Les allemands ont peint des fresques et un aigle sur les décorations d’Eugène Dufour dans le fumoir dans ce château alors réquisitionné. Sur le Mont Saint-Loup se trouvent encore deux bases de canons anti-aériens et nombre de bunkers existent encore disséminés dans la commune et la région proche.

Vous voulez en savoir plus sur le Bunker, voir tout ça en vrai ? Allez le visiter !

 

Bunker 638

Camping la Tama – La Tamarissière  - 34300 AGDE

(Près du château d’eau – un fléchage depuis le parking du Front de Mer est en place)

Visite gratuite. Durée : environ 40mn. Des visites guidées en langue anglaise sont possibles.

Visites pour les groupes sur rendez-vous

Le bunker est ouvert à la visite tous les samedis matin, toute l’année, de 9h30 à 12h

 

Ouvertures exceptionnelles en 2018

Durant ces ouvertures, l’association propose, outre la visite du bunker 638, avec des pièces rares supplémentaires, des animations supplémentaires à l’extérieur.

  • Dimanche 6, lundi 7 et mardi 8 mai 2018, de 9h30 à 18h : Commémorations de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Dans le cadre des commémorations de la fin de la deuxième guerre mondiale avec reconstitution d’un campement militaire
  • Samedi 9 et dimanche 10 juin 2018, de 9h30 à 18h : Cap Rétro. Dans le cadre de Cap Rétro (associant véhicules anciens et patrimoine agathois). Présentation de véhicules militaires de la Seconde Guerre Mondiale : Jeep Dodges,…
  • Samedi 15 et dimanche 16 septembre 2018, de 9h30 à 18h : Journées Européennes du Patrimoine

 

Contact

Association AGDE-HISTOIRE 39-45 - 9 rue Docteur André Nespoulous - 34300 AGDE

06 22 60 51 83 - mail

Le Bunker ouvre au public pour la première fois à la date symbolique du 8 mai 2015.

2500 visiteurs seront au rendez-vous en deux jours !

Partagez sur
Facebook Twitter Pinterest
Panier

Mes coupons

Voir toutes les offres Coupon supprimé. Annuler